Wilde et Gautier par Gabrielle Dubois

Théophile Gautier. Oscar Wilde. Gabrielle Dubois.
Théophile Gautier. Oscar Wilde. Gabrielle Dubois.

Oscar et Théophile

 

Wilde l’écrivain aimait Gautier le poète. Dans la Revue politique et littéraire de 1892, on peut lire : « On n’imagine pas l’autorité dont jouit à Oxford, par exemple, notre Gautier, si injustement oublié chez nous, et la place que tient Mademoiselle de Maupin dans le cœur des jeunes littérateurs anglais. C’est encore de Gautier que dérive tout le système des intentions de M. Wilde. Il n’y a pas une de ses intentions qu’on ne trouverait en germe dans la préface de Gautier aux Fleurs du mal. » Dans les Intentions de Wilde on n’apprend qu’il ne goûte pas trop la peinture moderne mais, écrit-il : « J’aime fort les œuvres des peintres impressionnistes de Paris ou de Londres. La subtilité, la distinction n’ont pas encore abandonné cette école. Quelques une de leurs combinaisons et harmonies rappellent l’inégalable beauté de l’immortelle Symphonie en blanc majeur de Gautier, ce parfait chef-d’œuvre de musique, de couleur, qui a peut-être suggéré le genre aussi bien que les titres de leurs meilleurs tableaux… » Une seule des poésies de Gautier aurait inspiré le courant impressionniste dans son entier ? Quel hommage ! En tant qu’adoratrice inconditionnelle de Théophile Gautier, je ne saurais trop vous suggérer de lire ou de relire Mademoiselle de Maupin, bien évidemment.

Commentaires : 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.