Le sexe des mots ....

#roman #amour #gabrielle #dubois 1
Peter Hasenclever Lesekabinett, Gabrielle Dubois

Le sexe des mots,
ou
De l’incertitude des genres et de la certitude du grammairien.



Extrait de la Grammaire de Napoléon Landais, résumé général de toutes les grammaires françaises...
Auteur :  Napoléon Landais (1804-1852), date d'édition :  1835

« Les genres appartiennent en propre aux noms, puisque le genre en est décidé par l’autorité de l’usage, au lieu que les terminaisons génériques des adjectifs sont assujetties à la loi de la concordance. Les genres tiennent donc à la signification spécifique des noms ; et cette conclusion se confirme par cela même, que toutes les distinctions de genres, introduites dans les Grammaires particulières, se rapportent exclusivement aux noms, comme genre déterminé, genre douteux, genre commun, genre épicène et genre hétérogène.
1, Les noms d’un genre déterminé sont ceux qui sont fixés absolument par l’usage, ou au genre masculin comme pater, père, et oculus, œil ; ou au genre féminin, comme soror, sœur, et mensa, table ; ou au genre neutre comme mare, mer et templum, temple.
2, Les noms d’un genre douteux sont ceux, au contraire, qui, sous la même terminaison, se rapportent tantôt à un genre, et tantôt à un autre, au gré de celui qui parle. Ainsi dies et finis en latin, automne et foudre en français, sont tantôt masculins et tantôt féminins.
On n’aurait jamais dû tolérer qu’on répandît des doutes sur le genre de ces mots. Ceux qui sont effectivement douteux aujourd’hui, et que l’on peut librement rapporter à un genre ou à un autre, ne sont dans ce cas que parce qu’on ignore les causes qui ont occasionné ce doute, ou qu’on a perdu de vue les idées accessoires qui originairement avaient été attachées au choix du genre. L’usage primitif n’introduit rien sans cause dans les langues ; qu’on ne l’oublie pas.
(..)
Voici un exemple indiquant l’une des causes qui peuvent rendre douteux le genre des noms. Boileau, dans plusieurs éditions de son Art poétique, avait dit :
« Que votre âme et vos mœurs peints dans tous vos ouvrages. »
Attribuant à mœurs le genre masculin. Quand on lui fit apercevoir cette faute, il en convint sur le champ, s’étonna fort qu’elle eût échappé si longtemps à la critique de ses amis et de ses ennemis, et corrigea le vers comme on le trouve dans les éditions posthumes, ainsi :
« Que votre âme et vos mœurs peintes dans vos ouvrages. »
Cette faute qui avait subsisté des années sans être remarquée, pouvait l’être encore plus tard, et lorsqu’il n’aurait plus été temps de la corriger. La juste célébrité de Boileau aurait pu en imposer ensuite à quelque jeune écrivain qui l’aurait copié, pour l’être ensuite lui-même par quelque autre, s’il avait acquis une certaine réputation dans la littérature ; et voilà mœurs d’un genre douteux, à l’occasion d’une faute contre laquelle il n’y aurait eu d’abord aucune réclamation, parce qu’on ne l’aurait pas découverte à temps. Il est à présumer que telle est, en général, l’origine de l’incertitude qu’il peut y avoir sur le genre des noms, qui n’ont pas des sens différents quand on les rapporte à des genres différents.
Mais l’usage (…) parvient insensiblement à faire disparaître le doute et l’incertitude ; et à la fin, il fixe un genre déterminé à ces noms douteux et incertains. Le mot équivoque, par exemple, était encore d’un genre douteux lorsque Boileau écrivait :
« Du langage français bizarre hermaphrodite,
De quel genre te faire, équivoque maudite,
Ou maudit ? car sans peine aux rimeurs hasardeux
L’usage encor, je crois, laisse le choix des deux. »
Mais il y a longtemps que le doute a disparu ; le mot équivoque n’est plus que du genre féminin, et le Dictionnaire de l’Académie, depuis 1762, le décide ainsi. On peut croire qu’on a regardé ce mot comme originairement adjectif, et, comme tel, on a pu le rapporter au nom sous-entendu expression ou phrase ; on le rapportait peut-être encore anciennement à mot, qui est masculin ; mais les mots ne sont équivoques ordinairement, que quand ils sont isolés, et alors ils ne servent de rien ; dès qu’ils entrent dans une phrase, ils sont déterminés ; ou si l’équivoque subsiste encore, c’est la faute de la phrase.
3, Les noms d’un genre commun sont des noms d’hommes ou d’animaux, qui, sous une même terminaison, expriment tantôt le mâle, et tantôt la femelle, et sont, conséquemment, tantôt du genre masculin, et tantôt du genre féminin. (…) Tel est en français le nom enfant ; puisqu’on dit en parlant d’un garçon : le bel enfant, mon cher enfant, et en parlant d’une fille : la belle enfant, ma chère enfant. Ainsi, quand on emploi ces mots pour désigner le mâle, l’adjectif corrélatif prend la terminaison masculine, et quand on indique la femelle, l’adjectif prend la terminaison féminine. (…) On trouve, dans toutes les langues, des noms qui sont féminins ou masculins selon qu’ils expriment le mâle ou la femelle.
Le mal n’est pas grand, puisque après tout le mâle et la femelle sont de la même espèce, au sexe près. (…)
4, Les noms du genre épicène sont des noms d’animaux, qui, sous une même terminaison, sont invariablement d’un même genre déterminé, quoiqu’ils servent à exprimer les individus des deux sexes. (…) Tels sont, en français, les noms aigle, renard, toujours masculins, et les noms tourterelle, chauve-souris, toujours féminins pour les deux sexes. (…)
5, La dernière classe des noms irréguliers dans le genre, est celle des hétérogènes (…), ceux d’un genre au singulier et d’un autre au pluriel (…) »
Ici, je me permets d’introduire deux exemples. L’un de Georges Courteline : « Cet orgue est le plus beau des plus belles ». L’autre de Châteaubriand : « Il faut retourner à cette aurore de ma jeunesse où je me créai un fantôme de femme pour l’adorer. Je vis passer cette idéale image, puis vinrent les amours réelles qui n’atteignent jamais à cette félicité imaginaire dont la pensée était dans mon âme. »
Revenons à notre grammairien, notre Napoléon du genre, qui continue :
« … C’est un peu absurde, mais c’est ainsi. (…) »
Pour autant, il émet tout de même encore quelques arguments contre l’académicien Duclos qui affirmait : « L’institution des genres est une chose purement arbitraire, qui n’est nullement fondée sur la raison, qui ne paraît pas avoir le moindre avantage, et qui a beaucoup d’inconvénients. »
« L’institution des genres, nous dit Napoléon Landais, ne nous paraît être ni sans modèle ni sans utilité (…) Il est vrai que la distribution des noms en genre n’a ni la même justesse ni la même précision que celle des pronoms par les trois personnes (…) Les Grecs avaient trois genres, nous n’en avons que deux, et les Anglais n’en ont qu’un. (…) Il aurait peut-être fallu classifier les êtres par les caractères qui les différenciaient : objets réels corporels, objets réels spirituels, objets abstraits naturels ou objets abstraits artificiels, objets animaux mâles ou femelles… Il n’y avait qu’à distinguer les noms de la même manière, et à donner à leurs corrélatifs des terminaisons adaptées à ces distinctions vraiment raisonnées. Les esprits justes auraient aisément saisi ces points de vue.
Nous convenons volontiers que ce système aurait plus de justesse, plus de variété, que le système reçu ; et que peut-être il plairait davantage. Mais le langage est pour tout le monde ; et il y a plus de peuple que de philosophes… »

La Grammaire de Napoléon Landais fait 638 pages, voyez, je ne vous en ai mis qu’un minuscule extrait, et encore, je l’ai coupé. Mais avouez, c’est un pur plaisir de poésie, de philosophie !

#romanamour #roman #amour #gabrielledubois

Commentaires : 5 (Discussion fermée)
  • #1

    Vickie Silveira (vendredi, 03 février 2017 13:23)


    Everything is very open with a clear description of the issues. It was really informative. Your site is very helpful. Thank you for sharing!

  • #2

    Madison Blanton (vendredi, 03 février 2017 16:48)


    wonderful issues altogether, you just received a new reader. What may you suggest in regards to your submit that you made some days in the past? Any sure?

  • #3

    Evangelina Bode (lundi, 06 février 2017 04:31)


    Informative article, just what I needed.

  • #4

    Yun Kennerson (lundi, 06 février 2017 11:30)


    Please let me know if you're looking for a writer for your site. You have some really great articles and I think I would be a good asset. If you ever want to take some of the load off, I'd really like to write some content for your blog in exchange for a link back to mine. Please shoot me an e-mail if interested. Regards!

  • #5

    Zenobia Mullins (lundi, 06 février 2017 13:49)


    Having read this I thought it was really enlightening. I appreciate you finding the time and effort to put this short article together. I once again find myself personally spending a significant amount of time both reading and leaving comments. But so what, it was still worth it!