· 

J’étais en pyjama sous mon manteau !

Je ne vous apprends rien, l’année 2019 arrive à grands pas ! Fin décembre est l’époque où l’on peut regarder derrière son épaule pour se dire : QUOI, DÉJÀ ? Où est donc passé tout ce temps ?

Si j’étais une maniaque des chiffres, je me dirais : qu’ai-je donc fait de cette année, de ces 12 mois, de ces 8760 heures ?

Bon, voyons voir :
Sommeil : 2190 heures,
Travail ― le job qui nourrit ma famille : 2600 heures,
Corvées ménagères : 730 heures,
S’occuper des enfants, vivre avec eux ― les miens ont déjà 19 et 17 ans, ils demandent moins de temps que des petits enfants : 750 heures,
Faire du shopping : 60 heures ? ― je déteste ça ! je voudrais que les vêtements arrivent tous seuls dans mon placard !
Vacances en famille : 84 heures,
Lire : 730 heures,
Amis, famille, couture, retapisser la maison, Goodreads, aller chez le docteur, écrire des articles pour un journal français, faire des recherches bibliographiques : 1700 heures ?

écrire mon dernier roman en cours : Oh, mon Dieu ! Mais je n’ai pas eu le temps, cette année, et comme cela me manque !
Heures restant : - 84 heures.
Conclusion : les maths ne sont définitivement pas ma tasse de thé !

Oh, la, la ! C’est la première fais que je fais ce genre de calcul de maniaque, c’est très bizarre, non ? Tiens, j’ai oublié le temps passé sous la douche chaque jour, et pourtant, je me lave ; si, si, je vous assure !
Ce qu’il me semble impossible de comptabiliser, c’est le temps passé à pleurer, à rire et encore moins le plus beau temps de tous : le temps passé à aimer

Si j’étais pessimiste, je récapitulerais cette année 2018 ainsi :

J’ai encore une fois couru après l’argent : Dieu qu’il court vite ! Ce qui fait que j’ai dû travailler encore beaucoup trop : mes rhumatismes se sont encore aggravés. Mon fils étudiant a trouvé une chambre universitaire à un prix exorbitant : j’ai dû repeindre la maison moi-même, car elle en avait bien besoin. Je ne vis toujours pas de la vente de mes livres. Amazon a changé ses logiciels et bousillé les versions ebooks de mes livres, ce pour quoi je me suis battue pendant des mois ! (problème réglé) La France va mal quel que soit ceux qui gouvernent, et je vous épargne le reste de la liste…

Mais je ne suis pas ainsi ! Tout en étant réaliste, enfin, je crois, j’aime me souvenir des bonnes choses et en espérer de meilleures à venir.

Donc, voici enfin, pour vous amis, les belles choses qui se sont passées en 2018 dans ma vie :

Mon fils a intégré une des meilleurs école d’ingénieurs du pays. Ma fille a commencé les études qui lui plaisent : histoire de l’art, imaginez un peu comme j’aime l’entendre me parler de ses cours, je me régale !

Le premier Août 2018, j’ai eu 51 ans.
Le premier Août 2018, le deuxième et dernier tome de la série Louise Saint-Quentin est sorti en version anglaise ― ce qui m’a plus marqué que mon anniversaire !

En septembre, mon mariage a fêté ses 20 ans.

En octobre,  un soir, tard, alors que j’allais en voiture chercher ma fille à l’arrêt de bus qui est loin de la maison, des gendarmes m’arrêtent pour un contrôle. La voiture, les papiers, moi, tout était en règle, pas de problème. La seule chose qui n’était pas réglementaire était ma tenue : j’étais en pyjama sous mon manteau !

En novembre, je suis devenue un Founding General Partner de THE 51 FUND… mais ça, c’est une belle aventure que je vous conterai dans mon prochain blog post, car elle est si extraordinaire, si merveilleuse, si inattendue, si pleine d’espoir pour nous, filles, femmes, qu’elle mérite bien un blog post pour elle seule !

Pour patienter jusqu’au prochain blog post, n’hésitez pas à partager une anecdote qui vous est arrivée en 2018… je n’en dirai rien à personne, promis !

Lien

Écrire commentaire

Commentaires: 0